17 Novembre 2017: 24ème Salon d’automne

Le 17 novembre 2017

24ème Salon d’automne

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les responsables,

Mesdames, Messieurs les artistes,

Cher Guy,

Chers amis,

24ème Salon d’automne (à La Chapelle)

144 artistes présents (encore un record + 40 enfants du Centre de loisirs) et cette année :

« Cent titres… Sans titre », à vous de comprendre

Nous vivons actuellement un air du temps, sentimental et moraliste, victimaire souvent, (peu scientifique…) et peu culturel, où tout est dit sans fondement.

C’est la victoire de l’Émotion sur la Raison.

Philippe MURAY, en 1990, déjà nous avertissait :

« Les nouveaux procureurs, les procureurs de la pensée… ce sont les présentateurs de nos écrans, ils tuent par leur médiocrité la réalité de nos vies, des informations auxquelles nous avons droit, en culture en particulier, ils sont tous devenus des « journalistes procureurs », c’est eux qui nous disent ce qui est bien !!!

Jacques JULLIARD s’exprime :

« La lecture est par excellence un acte de résistance au totalitarisme (doux/soft, ambiant) », je rajoute la peinture, la sculpture, exposées ici, dans ce rendez-vous annuel, également.

Nous luttons, il faut le savoir, nous tous ce soir, contre cet ensauvagement de la société médiatique.

Artistes expérimentés, ou simplement passionnés, c’est ce soir depuis 24 ans, un rendez-vous à ne pas manquer, un rendez-vous de partage, un rendez-vous de liberté.

Vous nous apportez, vous les artistes par votre talent et votre créativité, dans cette exposition éclectique, sous la main de maître Guy, au-delà de l’abstraction, de la figuration, de l’asymétrie, du choix de vos couleurs, des formes, des lignes… votre état d’âme. Et je vous en remercie, au nom de tous.

Chacun en visitant les expositions, quelles qu’elles soient, ressent bien ce tableau qui se redessine en nous… Le regard se pose, se dépose, se repose sur une image, une couleur… une forme. Parfois il imprègne l’être du spectateur à jamais.

Vous entrez dans le monde de l’autre… une nouvelle vie commence pour vos œuvres, elle sera à jamais connu de vous, mais elle existera.

Votre tableau/sculpture permet un moment de ne plus penser. Il est… comment dire, pour vous une récompense, il est pour l’autre une ouverture cachée.

Regardez bien, autour de vous : l’interrogation muette des yeux, les plis de la bouche et du front… c’est encore une récompense.

Elle est timide, mais elle atteint le but fixé par les traits que vous travaillez.

La qualité d’un territoire, « son attractivité, ne se mesure pas, elle s’apprécie ».

Vous êtes, chers artistes et cher Guy, de ceux qui réalisent cet exploit.

Nos territoires sont un espace local de liberté, de créativité, de responsabilité.

C’est ainsi que nous voulons l’écrire.

Gérald ANDRIEU l’a bien écrit, après ses 2 000 kilomètres à pied dans la France profonde, loin de Paris, des sondages et des prétendants au trône… il le dit lui-même, « aux côtés de ceux qui ne sont rien » (« Le peuple de la frontière »).

Vous participez à la vie du territoire et vous luttez à votre façon à « l’atomisation de notre nation ».

Remerciements :

  • à Val’Eyrieux, ses élus, ses responsables
  • à vous Mesdames et Messieurs et les nombreux et nouveaux artistes
  • à toi cher Guy, sans oublier de remercier encore pour ton travail auprès des scolaires, et de tous les publics, et à bientôt pour ta Biennale d’Art contemporain au printemps 2018.

Je vous remercie.

Dr Jacques Chabal

Président de la Communauté de communes Val’Eyrieux

Maire du Cheylard